Un QI élevé n’est pas nécessairement synonyme de succès. En réalité, l’étude menée par le Dr T. Bradberry, auteur du bestseller Emotional Intelligence 2.0, a conclu que les personnes disposant d’un QI moyen étaient plus performantes que celles présentant un QI plus élevé. Des recherches plus poussées ont révélé qu’un tel phénomène pouvait aisément s’expliquer par le fait que ces individus possédaient une intelligence émotionnelle plus développée. Sachant que cette aptitude peut aider à se surpasser, il est essentiel de se poser la question suivante : comment les professionnels en charge de la formation peuvent-ils aider les salariés à développer leur intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle (IE) est une compétence transférable dont on a fréquemment besoin, quel que soit le poste que l’on occupe dans l’entreprise.

Le terme d’intelligence émotionnelle a été inventé par deux chercheurs – Peter Salavoy et John Mayer – et c’est l’auteur du livre éponyme de 1996, Daniel Goleman, qui l’a fait connaître. Il désigne la capacité à comprendre et gérer nos propres émotions.

Brochure Soft Skills Learnlight

Développer les compétences essentielles qui feront votre succès dans le monde du travail moderne

Tout comme dans le cas d’autres formes d’intelligence (le QI et l’intelligence culturelle par exemple), l’on continue de débattre pour savoir s’il s’agit d’une compétence innée ou acquise. Cependant, la plupart des experts de la question s’accordent à dire que certains éléments de l’intelligence émotionnelle peuvent faire l’objet d’un apprentissage.

Il existe plusieurs manières de développer des compétences telles que l’intelligence émotionnelle au sein de votre entreprise. A terme, ces stratégies peuvent amener vos salariés à être plus heureux dans leur travail et à être plus performants.

Découvrez cinq techniques pour développer votre intelligence émotionnelle de même que celle de vos employés.

1. Prenez le temps de réfléchir à vos émotions

L’intelligence émotionnelle implique d’avoir à la fois conscience de soi et des autres. Il s’agit de l’aptitude à reconnaître nos propres émotions ainsi que leur impact sur nous-même et sur les personnes qui nous entourent. C’est à partir de là que les personnes dotées d’une bonne intelligence émotionnelle parviennent à ne pas se laisser influencer par leurs émotions.

Cette prise de conscience commence par une réflexion sur soi-même.

Invitez vos salariés à se poser les questions suivantes :

  • Quels sont mes points forts et mes points faibles sur le plan émotionnel ?
  • Dans quelle mesure mon état d’esprit actuel influe-t-il sur mes réflexions et mes décisions ?
  • En quoi ce qui se passe en moi peut-il influencer ce que je dis ou ce que je fais ?

Ces questions très personnelles peuvent amener à faire des découvertes précieuses qui peuvent ensuite être utilisées pour développer de nouvelles compétences interpersonnelles. Vos employés pourront acquérir au fil du temps une plus grande conscience de l’attitude qui est la leur lorsqu’ils interagissent avec d’autres personnes. C’est ainsi qu’ils pourront apprendre comment éviter de se laisser envahir par des influences négatives et privilégier au contraire des influences positives afin de s’améliorer.

Article(s) complémentaire(s)

8 façons d’assurer le succès des équipes grâce à un leadership empathique

2. Faites preuve d’empathie envers autrui

L’empathie n’est pas seulement essentielle pour les dirigeants – elle l’est pour tous les membres de l’équipe, sans exception.

Le principe de l’empathie est d’apprendre identifier les émotions d’autrui et d’y réagir de façon adéquate, tout en se demandant comment l’on réagirait si on se trouvait à leur place.

Si l’on en croit un récent article de la Harvard Business Review, l’intelligence émotionnelle permet de créer un lien avec une personne, et ce, même si vous ne tomberez jamais d’accord sur certaines questions. Si vous parvenez simplement à comprendre le point de vue de votre interlocuteur, c’est que vous faites déjà preuve d’intelligence émotionnelle.

Les personnes dotées d’une bonne intelligence émotionnelle peuvent dès lors se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que je respecte la règle de platine, à savoir traiter les gens comme ils aimeraient être traités (et non comme j’aimerais que l’on me traite) ?
  • Est-ce que je remets en question les réactions instinctives que provoquent chez moi certaines personnes ou certaines idées ?
  • Est-ce qu’il est difficile pour moi de travailler avec des personnes qui ne me ressemblent pas ?

Une personne empathique n’est pas nécessairement toujours d’accord avec les idées exprimées par ses interlocuteurs.

Il arrive parfois que nos premières réactions soient biaisées en raison de facteurs relevant de l’inconscient.

Or le fait de montrer que vous essayez de comprendre le point de vue de votre interlocuteur vous permettra de construire des relations plus fortes avec vos collègues. Cela peut s’avérer particulièrement utile lorsque vous avez affaire à des personnes avec qui il est difficile de travailler.

3. Ecoutez pour comprendre et non pour apporter une réponse

L’écoute est une compétence précieuse et cependant bien souvent négligée. Même si vous ne partagez pas le point de vue d’un de vos collègues, il est important de montrer que vous comprenez bien ce qu’il vous dit et de le formuler en ces termes.

Le succès exemplaire d’Oprah Winfrey repose presque entièrement sur cette compétence.

Lorsqu’elle s’adresse à ses invités lors de ses interviews, elle ne se contente pas de lire des questions préparées à l’avance. Elle fait preuve d’une écoute active et se permet de rebondir sur la réponse de son interlocuteur pour poser sa prochaine question. Cela paraît si facile. Grâce à cette méthode toute simple, elle parvient à établir un rapport de confiance.

Incitez vos salariés à développer leur intelligence émotionnelle en se posant les questions suivantes :

  • Comment ai-je l’habitude d’aborder mes interlocuteurs ?
  • Est-ce que je prête réellement attention à la conversation ?
  • Est-ce que je coupe la parole ?
  • Est-ce que j’écoute pour pouvoir répondre à mon tour, ou est-ce que j’écoute pour comprendre ce que l’on me dit ?

Réfléchissez d’autant plus aux réponses que vous donnerez à ces questions si vous travaillez au sein d’équipes internationales.

Les barrières culturelles ou la barrière de la langue peuvent entraver la communication et la ralentir, parfois à tel point que cela peut nous amener à faire des réponses inintelligentes sur le plan émotionnel.

4. Accueillez les défis et les critiques comme une opportunité d’apprentissage

Invitez vos employés à se demander comment ils reçoivent généralement les critiques et incitez-les à les accueillir de la manière la plus positive possible.

Cela implique de prendre en compte les émotions qu’ils ressentent lorsqu’ils reçoivent des retours sur leur travail, et d’en déduire la manière dont ils devraient réagir à l’avenir lorsqu’ils seront confrontés à une situation similaire.

Il se peut que le retour ait été donné de façon brusque ou inadaptée, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de vrai dans ce dernier.

Les personnes avec une intelligence émotionnelle développée savent notamment se poser les questions suivantes :

  • Pourquoi cette critique m’a-t-elle contrarié ?
  • Comment ai-je réagi ?
  • Que puis-je faire pour redresser le tir sans rejeter la faute sur quelqu’un d’autre ni me trouver des excuses ?

A mesure que vous développerez votre intelligence émotionnelle, vous serez plus à même de vous motiver et de répondre positivement aux défis que vous rencontrerez. Vous trouverez également suffisamment de motivation pour atteindre vos objectifs, y compris lorsque le chemin pour y parvenir sera semé d’embûches.

Brochure Soft Skills Learnlight

Développer les compétences essentielles qui feront votre succès dans le monde du travail moderne

C’est pourquoi vous devez prendre le temps de décomposer les retours négatifs que vous recevez sur votre travail, avant d’en vérifier le bien fondé et de vous demander en quoi cela peut vous servir pour la prochaine fois. Et une fois que vous aurez traité ce retour et que vous aurez pris les mesures qui s’imposent, vous pourrez aller de l’avant et cesser de vous appesantir sur le passé. 

5. Apprenez à mieux gérer vos relations avec autrui

Lorsque vous aurez expérimenté ces quatre premières techniques, il ne vous restera plus qu’une étape pour développer votre intelligence émotionnelle : apprendre à mieux gérer vos relations avec autrui.

L’intelligence émotionnelle permet de mieux sociabiliser et d’enrichir son réseau.

Les personnes qui sont parvenues à bien développer leur intelligence émotionnelle sont généralement capables de communiquer efficacement, de mieux gérer les situations de conflit et d’instaurer un climat de confiance avec leurs collègues. Elles sont également capables de laisser les autres se réjouir d’un succès.

Lorsque vous considérez votre manière d’interagir avec vos collègues au travail, posez-vous les questions suivantes :

  • Ai-je négligé les besoins d’un ou de plusieurs membres de mon équipe ?
  • Ai-je été trop direct ou trop indirect lorsque j’ai communiqué avec des personnes d’une autre culture que la mienne ?
  • Ai-je le réflexe de féliciter les gens et de reconnaître leurs contributions ?

De telles techniques permettent d’instaurer un climat de confiance et d’inciter vos collègues à suivre votre exemple lorsque cela est justifié. Il est essentiel d’apprendre à développer son intelligence émotionnelle pour pouvoir mener une carrière brillante. C’est une compétence qui s’acquière au fil du temps et à mesure que l’on accumule de l’expérience. Dans ce monde en constante évolution, il est d’autant plus important de développer rapidement votre intelligence émotionnelle que cette dernière vous permettra de réduire votre niveau de stress et d’anxiété. Cela peut en outre vous permettre de mieux vous adapter et de faire preuve de plus de ténacité au travail.