Un faux-pas culturel a lieu lorsque quelqu’un fait ou dit quelque chose d’inconvenant, de déplacé ou même d’offensant au sein d’un référentiel culturel donné. Comme son nom l’indique, le faux-pas culturel est commis de manière non-intentionnelle.  Si l’on veut s’en sortir aujourd’hui dans le monde des affaires international, il est fondamental de comprendre comment appréhender les différences culturelles et comment réparer les erreurs que l’on ne manque pas de commettre lorsque l’on est confronté à d’autres cultures.

1. Adopter une « mentalité de croissance »

Souvent traduit en français par « mentalité de croissance » ou « état d’esprit de développement », le « growth mindset » est un concept mis au point par la psychologue Carol Dweck. Le fait de développer sa mentalité de croissance consiste à investir du temps et des efforts pour apprendre et s’améliorer plutôt que de toujours se reposer sur ses lauriers.

C’est tout le contraire d’un état d’esprit « fixe » (« fixed mindset » en anglais) où la réussite repose uniquement sur l’intelligence et les talents innés de la personne concernée.

La majorité d’entre nous possède un peu de ces deux états d’esprit et ne cesse de les combiner. Néanmoins, nous pouvons apprendre à contrôler la manière dont chacun d’eux influe sur notre comportement.

Pourquoi la Mobilité Internationale doit contribuer au développement des talents de l’entreprise

Nous avons tendance à laisser s’exprimer notre état d’esprit fixe lorsque nous nous retrouvons confronté à des défis, que nous recevons des critiques ou que nous faisons des erreurs.

Au contraire, il est important de savoir réagir à un faux-pas culturel en s’aidant de sa mentalité de croissance. Cela permet d’éviter de se retrouver dans une situation contreproductive – en étant sur la défensive par exemple.

Enfin, cela implique de savoir considérer les erreurs que l’on fait comme des occasions d’apprendre et de tirer des leçons utiles afin de s’améliorer sans cesse.

2. Ne jamais sous-estimer l’importance de l’intelligence culturelle

L’Intelligence Culturelle (ou QC pour Quotient Culturel) est aujourd’hui de plus en plus importante pour l’apprenant moderne.

Article(s) complémentaire(s)

Intelligence Culturelle : la Compétence Incontournable de l’Apprenant Moderne

La société Deloitte la fait figurer parmi les 6 principaux traits sensés caractériser un leadership inclusif et efficace.

Les connaissances interculturelles sont non seulement importantes pour éviter les faux-pas culturels mais également pour mieux comprendre et interpréter le comportement de ses collègues et partenaires internationaux.

La compréhension même superficielle d’une culture peut vous donner des indications sur le comportement à adopter. Toutefois, une connaissance approfondie de la culture en question permet d’en saisir toutes les différentes nuances.

Cela vous permet également d’être correctement préparé pour n’importe quelle réunion internationale et de comprendre à la fois ce que l’on attend de vous et ce que vous pouvez attendre de vos clients.

L’intelligence culturelle vous aide également à réaliser dans quelle mesure votre propre référentiel culturel influe sur votre perception des situations et des comportements.

Le fait de savoir s’adapter à de nouveaux environnements culturels est aujourd’hui une compétence fondamentale pour quiconque souhaite réussir à l’international. Or, les connaissances interculturelles sont la clé de l’adaptabilité.

3. Prendre conscience de ses lacunes

Si l’on en croit le psychologue George Loewenstein, notre curiosité est piquée lorsque nous prenons conscience d’une lacune dans nos connaissances et que l’envie nous prend soudainement de la combler.

Il s’agit là d’un processus continu qui consiste à toujours satisfaire notre curiosité et à savoir reconnaître quand nous avons des lacunes dans tel ou tel domaine – ce qui nous arrive à tous.

Le fait d’être toujours à l’affut de vos propres lacunes fait que vous n’êtes pas condamné à attendre votre prochaine erreur en pleine réunion d’affaires pour commencer à chercher des réponses appropriées.

Cela est également très important pour les employeurs. Le fait d’aider ses employés à identifier leurs lacunes permet un apprentissage beaucoup plus efficace et aide les entreprises à aligner le niveau de compétence des employés sur les objectifs de la société.

Pour atteindre cet objectif, il est possible d’enquêter auprès des employés afin de les aider à évaluer ce qu’ils maîtrisent déjà et à identifier ce qu’ils ont besoin d’apprendre pour réussir professionnellement dans de multiples contextes internationaux.

Une telle approche aide à stimuler la mentalité de croissance chez les employés et permet à ces derniers de mieux identifier leurs propres besoins en termes d’apprentissage.

4. Être préparé

Si votre poste vous amène à assister à des réunions ou à prendre la parole en public au cours d’événements à l’étranger, il est grand temps de vous armer de tout le savoir culturel nécessaire pour mener votre travail à bien.

Renseignez-vous sur les valeurs et les normes culturelles qui vous intéressent, mais également sur la distance hiérarchique et les comportements professionnels propres à cette culture. Posez-vous la question des business modèles auxquels vous allez être confronté et des différentes visions du monde que vous aurez la possibilité d’intégrer dans votre approche.

Cherchez à déterminer quelle sera la réponse la plus appropriée s’il vous arrivait de commettre un faux-pas culturel – ne partez pas du principe qu’il n’y toujours qu’une seule façon de s’en sortir. Considérez au contraire les différentes réponses que vous pourriez apporter selon différents contextes et différentes situations.

Il peut s’avérer utile de se faire accompagner par un coach ou un expert spécialisé dans la culture cible qui pourra vous aider à atteindre de nouveaux niveaux de compréhension en termes de compétences linguistiques et interculturelles. Ces dernières sont en effet difficiles à acquérir sans l’aide de personne.

Chad Lee, Responsable Régional de la Mobilité des Talents chez Nike, conseille aux personnes occupant un poste international de s’immerger et de se comporter comme une éponge en absorbant le maximum d’informations possible. Il recommande d’ailleurs de les recueillir non seulement auprès d’experts mais également auprès de collègues, de vendeurs et d’associés qui peuvent tout aussi bien avoir des informations précieuses à partager.

5. Investir dans des relations clés

Il est bien sûr essentiel pour tout professionnel de savoir construire des relations de confiance. Le fait d’avoir de solides relations avec ses clients est d’autant plus important lorsque l’on commet un faux-pas culturel et que les relations en question s’en trouvent potentiellement menacées.

Pourquoi la Mobilité Internationale doit contribuer au développement des talents de l’entreprise

Si vous interagissez régulièrement avec un client qui vous considère comme un contact de confiance, vous avez plus de chances qu’il vous pardonne un faux-pas culturel et cherche à comprendre les bonnes intentions qui se cachaient derrière votre maladresse. Le fait de maîtriser la langue de la culture cible est évidemment un atout de taille dans la construction de telles relations de confiance.

6. Répondre de manière appropriée

Lorsque vous commettez un faux-pas culturel, il faut à tout prix éviter de répondre dans la précipitation. Prenez le temps d’évaluer la situation, de rassembler les informations à votre disposition et de fournir la meilleure réponse possible.

Votre réponse dépendra aussi de la dynamique sur laquelle repose votre relation avec la personne concernée. Une réponse légère et spontanée ne sera la bienvenue que si vous avez déjà eu ce type d’échanges avec votre interlocuteur auparavant.

Dans certaines circonstances, il se peut que vous soyez amené à présenter des excuses formelles à celui que vous avez offensé. Dans d’autres cas, vous pourrez vous en sortir avec un simple trait d’humour, en clarifiant calmement la situation ou en adoptant d’autres approches indirectes.

7. Faire preuve d’introspection

Même si votre première réaction à la suite d’un faux-pas culturel sera d’évaluer les dégâts et de tenter d’y remédier, la seule façon de vous en sortir est de faire preuve d’introspection et de tirer les leçons de vos erreurs.

Au lieu d’être sur la défensive et de rejeter la faute sur tel ou tel facteur indépendant de votre volonté, concentrez-vous sur les éléments sur lesquels vous avez un certain contrôle.

Réfléchissez à l’erreur que vous avez commise, à ce qui vous a poussé à la commettre, à la réaction de vos interlocuteurs et aux précautions que vous auriez pu prendre afin d’éviter une telle situation. Puis pensez aux différentes utilisations que vous pourriez faire de ces réponses afin d’apprendre activement de vos erreurs et de vous améliorer.

Article(s) complémentaire(s)

Intelligence Culturelle : la Compétence Incontournable de l’Apprenant Moderne

8. Demander du feedback

Si vous avez commis un faux-pas culturel, n’hésitez pas à demander du feedback afin de mieux comprendre le point de vue culturel de vos interlocuteurs. Cela peut vous donner une idée plus claire de ce que vous avez fait de travers et vous aider à éviter de refaire la même erreur à l’avenir.

Il n’est pas nécessaire de le faire immédiatement après l’incident. Vous pouvez attendre l’occasion d’interagir dans un contexte moins formel, autour d’un café ou d’un déjeuner par exemple.

En outre, il peut s’avérer utile de demander régulièrement du feedback de la part de vos collègues, de vos pairs et même de vos clients si vous avez une bonne relation avec eux. Dites-leur que vous êtes ouvert aux suggestions et que cela vous aiderait s’ils pouvaient vous signaler quand certaines de vos réactions peuvent être considérées comme déplacées dans leur culture.

Apprenez de vos erreurs

Tout le monde fait des erreurs, cela fait partie intégrante du processus d’apprentissage. Cependant, votre réaction dans de telles situations détermine votre capacité à vous améliorer de même que l’impact que peuvent avoir ces erreurs sur vos relations au travail. Il est vital, dans le monde des affaires actuel et en particulier lorsqu’on travaille à l’étranger avec des collègues issus de différentes cultures, de savoir appréhender les différences culturelles et d’être capable de corriger le tir si nécessaire.