Learnlight a eu le plaisir d’interviewer trois experts RH et L&D sur la thématique des soft skills en entreprise. Découvrez dans cette courte interview les précieux conseils de Sandra Valarin | DRH chez Claire’s, Jad Kfoury | Digital Learning Enabler chez Accor et Cécilia Scalvini Gaben | Digital Learning Manager chez Bouygues Construction.

Les soft skills, pourquoi en parle-ton autant ?

Sandra Valarin | Directrice des Ressources Humaines | Claire’s

Alors je pense qu’on entend pas mal parler des soft skills aujourd’hui parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont des technicités en réalité, il y a beaucoup de gens qui savent faire des choses, et qu’aujourd’hui dans les entreprises, les gens qui évoluent, c’est vraiment des gens qui vont faire la différence par leur personnalité, par ce qu’ils apportent aux autres.

Webinaire Learnlight le 28 novembre 2019

Travailler efficacement dans un contexte international

On voit beaucoup de choses qui sont développées dans les entreprises justement dans la collectivité. On va maintenant récompenser, en fait, des gens qui vont bien s’intégrer dans un groupe, comme par exemple il y a des projets, et donc je trouve que c’est vraiment quelque chose qu’il est important de prendre en considération. Et la société change dans cette voie-là et c’est tant mieux.

Les talents de demain ont-ils besoin de soft skills ?

Cécilia Scalvini Gaben | Digital Learning Manager | Bouygues Construction

Les talents de demain ont plus que jamais besoin de soft skills, justement parce qu’on ne sait pas comment nos métiers vont évoluer. On a ce fameux indicateur, qui nous dit qu’en 2030, 80% des métiers n’existent pas encore aujourd’hui.

80% des métiers de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui

Donc finalement, comment savoir à quoi se préparer, si ce n’est de se dire, je vais essayer de me préparer à être prête, ou en tous cas à m’adapter.

Sandra Valarin | Directrice des Ressources Humaines | Claire’s

Alors je pense qu’effectivement pour les talents de demain, les soft skills vont être quelque chose de très important. D’abord, eux-mêmes, je pense, sont aussi des populations différentes parce qu’ils sont aussi très attachés à tout ce qui va être valeurs, tout ce qui va être l’environnement, l’environnement dans le sens aussi de ce qui les entoure.

Et en réalité la différence, à compétences techniques égales, elle se fait vraiment sur la personnalité des gens.

Webinaire Learnlight le 28 novembre 2019

Travailler efficacement dans un contexte international

Sur la façon dont les personnes vont s’intégrer avec d’autres personnes, dans un groupe, sur la façon dont ils vont réagir face à problème.

Tout ce genre de choses, donc pour moi c’est vraiment, demain, ce qui va être attendu à la fois par, je pense, la jeunesse, et à la fois par les employeurs. C’est vraiment les soft skills qui feront la différence.

Les soft skills les plus importants ?

Cécilia Scalvini Gaben | Digital Learning Manager | Bouygues Construction

Les soft skills les plus importants, encore une fois de mon scope, je dirais que la créativité va permettre de se réinventer, et cela va de pair avec quelque chose qui me semble également très important, qui est la résilience.

C’est-à-dire cette capacité finalement à accepter un échec, et à se dire ok, bon ben voilà, je vais essayer d’en apprendre, et de me relever davantage.

Cela, ça demande énormément de créativité pour réinventer le champ des possibles et son quotidien.

Sandra Valarin | Directrice des Ressources Humaines | Claire’s

Certainement le point le plus important à mon sens, c’est vraiment le sens du collectif, le sens de l’équipe. C’est vraiment être capable de s’intégrer dans une équipe et d’accepter les différences des uns et des autres et de travailler avec tout ça.

Certainement le point le plus important à mon sens, c’est vraiment le sens du collectif

Des qualités d’écoute. C’est important. D’échange, en fait, d’ailleurs, plus que d’écoute. Je dirais aussi tout ce qui va être l’organisation, pour moi ce sont des qualités importantes et aussi la gestion du stress.

C’est des choses qui vraiment sont importantes, qui sont certainement différenciantes entre un candidat et un autre, ou en tous cas entre un salarié et un autre quand ils sont en train de travailler.

Focus sur un soft skill clé : le leadership

Jad Kfoury | Group Digital Learning Manager | Accor

Alors, chez Accor, le leadership est organisé par ce qu’on appelle un « capability framework » qui est organisé en sept niveaux de leadership. Et la spécificité chez nous c’est que on dit « tous les collaborateurs sont des leaders. » De la plus basse échelle jusqu’au CEO.

Webinaire Learnlight le 28 novembre 2019

Travailler efficacement dans un contexte international

Alors dans différents niveaux, donc on a ce qu’on appelle des « future leaders », des « emerging leaders », des « executive leaders » etc. Mais potentiellement, chaque collaborateur est évalué aussi sur son charisme, son leadership, sa capacité à fédérer et à travailler en équipe.

Et donc c’est un modèle dans lequel, au cours des évaluations et de la progression des collaborateurs, on voit à peu près où ils se situent en fonction de leur comportement, de leurs réalisations, de leurs objectifs business aussi, qu’ils atteignent.

Donc ça permet d’avoir une vision très, très transverse de comment le leadership est porté dans l’entreprise.