Leur réputation n’est plus à faire : les représentants de la génération Y – « Millennials » en anglais – arrivent à constituer un véritable casse-tête pour les entreprises. Réputés difficiles à manager et à fidéliser, ces salariés nomades apparaissent comme exigeants, impatients et trop ambitieux… Qu’en est-il en réalité ? 

Génération Y : à la découverte d’une génération qui intrigue et déstabilise les managers  

La génération Y désigne en Occident les individus nés entre les années 1980 et les années 2000 et qui se retrouvent aujourd’hui en début de carrière en entreprise. Cette génération s’est vue attribuer des caractéristiques et des comportements spécifiques, et est régulièrement prise pour cible dans le domaine du marketing mais également dans celui des Ressources Humaines.  

Il semblerait que les représentants de la génération Y posent problème aux dirigeants d’entreprise, aux managers et aux responsables RH dans la mesure où ils sont réputés :

  • difficiles à manager
  • impatients
  • incapables de rester concentrés
  • et parfois même paresseux et instables

Démystifier l’Apprenant Moderne

Dans quelle mesure la technologie et les nouvelles préférences en termes d’apprentissage façonnent-elles notre manière d’apprendre aujourd’hui ?

Ambitieux et désireux de gravir rapidement les échelons, ils sont fréquemment découragés par les missions ingrates ou rébarbatives qui leurs sont attribuées, ou encore par le manque de reconnaissance qu’ils expérimentent en entreprise. C’est pourquoi nombre d’entre eux changeraient régulièrement de travail dans une quête – illusoire ? – du travail idéal.  

La génération Y désigne en Occident les individus nés entre les années 1980 et les années 2000 et qui se retrouvent aujourd’hui en début de carrière en entreprise

Or, étant donné que cette génération représente le vivier actuel de talents au sein duquel les entreprises devront sélectionner leurs futurs dirigeants et collaborateurs, le management de ces représentants de la génération Y constitue un véritable enjeu pour les responsables des Ressources Humaines. Et face à la difficulté que constitue la fidélisation de ces talents parfois trop impatients, les managers se trouvent régulièrement déstabilisés par ces profils atypiques.  

4 conseils clés pour apprendre à manager la génération Y

 Voici donc reprécisées les différentes polémiques qui font rage aujourd’hui autour de la génération Y. Un article du Huffington Post souligne ainsi qu’avec cette génération complexe, c’est une perception de l’entreprise et de son rôle en général qui ont changé. 

Les « Millennials » cherchent à donner du sens à leur travail et à s’épanouir à travers lui. Exigeants vis-à-vis de l’entreprise, ils recherchent avant tout des valeurs à défendre et des mentors plus que des dirigeants. Or toutes les entreprises ne sont pas en mesure de leur « vendre du rêve », comme on le dit si bien aujourd’hui. Et ils démissionnent, ou tentent de monter une start-up.  

Il serait donc recommandé, pour bien manager la génération Y, de : 

  1. Se montrer empathique et à l’écoute  
  2. Fixer des objectifs stimulants et confier des missions intéressantes 
  3. Encourager régulièrement ses équipes, en privé comme en public 
  4. Être ouvert aux suggestions de ses collaborateurs plus jeunes 

Cependant, les représentants de la génération Y sont également le reflet des évolutions de notre société. Nés en même temps qu’internet, les réseaux sociaux et l’omniprésence du téléphone portable, ils ont été depuis toujours confrontés à la consommation de masse, à la culture de l’individualité, à cette conviction d’être spécial et d’avoir la capacité de faire de grandes choses.

Hyper-connectés, ils se montrent à la fois plus impatients, moins concentrés et avides de gratifications immédiates.  

Il est cependant souligné dans cet article que si ces Millennials semblent en décalage dans le monde de l’entreprise, c’est peut-être aussi l’entreprise qui n’est plus adaptée au monde d’aujourd’hui. Assez peu ouverte aux suggestions des plus jeunes, les organisations présentent fréquemment un manque de souplesse et d’adaptabilité – notamment aux nouvelles technologies – qui peut décourager les jeunes générations. Doit-on exiger plus d’adaptabilité de la génération Y ou réformer l’entreprise ? 

Hyper-connectés, ils se montrent à la fois plus impatients, moins concentrés et avides de gratifications immédiates.  

Séduire la génération Y : les entreprises font-elles fausse route ?  

Peut-être que la question ne se pose tout simplement pas : un article publié par la Harvard Business Review a ainsi annoncé que de nombreuses études démontraient la non-existence de différences notoires entre les aspirations des représentants de la génération Y et celles de leurs collègues plus âgés. 

Démystifier l’Apprenant Moderne

Dans quelle mesure la technologie et les nouvelles préférences en termes d’apprentissage façonnent-elles notre manière d’apprendre aujourd’hui ?

Certaines études affirment par exemple que ce n’est pas la génération Y qui se montre particulièrement narcissique et centrée sur elle-même, mais que tous les jeunes gens de cet âge ont tendance à être narcissiques. 

En conclusion, les entreprises doivent se mettre rapidement au travail si elles désirent séduire la génération Y. Les aspirations au travail de cette génération peuvent être résumées par les points suivants :

  • Être fier de son entreprise et des valeurs qu’elle défend 
  • Pouvoir faire ses preuves et augmenter ses performances dans son travail 
  • Disposer de bonnes conditions de travail sur les plans économique et interpersonnel 
  • Faire un travail épanouissant et divertissant